Site d’informations en ligne, sur Bagnères de Bigorre et le Pays de la Haute Bigorre
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Cher le nounours pour des bisounours !

dimanche 2 janvier 2011 par Rédaction

Selon le dossier de demande d’autorisation de lâcher d’ours http://www.pyrenees-pireneus.com/Ours-consultation-introduction-bearn-2011/Ours-suivi-introduction-bearn-2011-demande-autorisation.pdf , devenu par hasard le dossier de consultation http://www.pyrenees-pireneus.com/Ours-consultation-introduction-bearn-2011/Ours-suivi-introduction-bearn-2011-dossier-de-concertation.html , le coût de l’importation de l’ours serait de 112000 Euros.

Ce qui n’est pas dit c’est que la gestion des ours dans les Pyrénées, dont la majorité d’entre eux se trouvent en Espagne, coûte environ 2 millions d’Euros par an aux contribuables français en ne parlant que des charges directes connues, sans tenir compte des charges prises en compte par les Espagnols. Si nous reprenons le chiffre estimé de 20 ours présents dans les Pyrénées entre France et Espagne, un ours revient à 100 000 euros par an.

Ça fait cher pour l’entretien d’un animal à l’avenir incertain dont, manifestement, peu de monde ne veut. Mais pour les associations écologistes, le coût est dérisoire par rapport à l’ensemble du budget de l’écologie en France. Exact, mais réfléchissons au niveau de nos territoires de montagne.

100 000 euros c’est approximativement 3 salaires annuels (charges incluses) d’un ouvrier / employé non qualifié. Sur la base de 20 ours dans les Pyrénées, c’est 60 salariés… par an. A ce niveau d’argent jeté par les fenêtres, nous pourrions maintenir des services publics dans de nombreuses vallées pyrénéennes sans que les bergers ne soient obligés de courir derrière les brebis pour les rechercher après des attaques d’ours. De nombreuses communes pourraient faire des améliorations au profit de leurs concitoyens.

Prétendre, comme l’ADET-Pays de l’ours que l’ours permet de créer des emplois est assez surprenant d’autant que cette association dont la véritable dénomination est « Association pour le Développement Economique et Touristique » n’en a jamais fait la preuve elle-même sauf sur la seule commune d’Arbas où il n’y a jamais d’ours.

C’était juste un élément de réflexion…

Voir le dossier complet http://www.pyrenees-pireneus.com/Ours-consultation-introduction-bearn-2011/Ours-suivi-introduction-bearn-2011-5200.html

Louis Dollo